Profile cover photo
Profile photo
Caroline Doudet
656 followers -
Agrégée et docteure en lettres, prof, blogueuse littéraire, shoes addict, lectrice compulsive, emmerdeuse chronique, bavarde impénitente, dépensière résolue, rêveuse irréaliste et éternelle amoureuse...
Agrégée et docteure en lettres, prof, blogueuse littéraire, shoes addict, lectrice compulsive, emmerdeuse chronique, bavarde impénitente, dépensière résolue, rêveuse irréaliste et éternelle amoureuse...

656 followers
About
Communities and Collections
View all
Posts

Post has attachment
(Cultur'elle) En mots et en images : septembre 2018

Les mots… Septembre… Comme un sentiment d’exil existentiel // Septembre, je ne t’aime pas, parce que tu es le mois de la rentrée, des derniers jours de l’été, de la luminosité qui change, de la nuit qui tombe trop tôt et de la fraîcheur avec elle, même…
En mots et en images : septembre 2018
En mots et en images : septembre 2018
leschroniquesculturelles.com
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) Lifestyle - Vivre avec des #plantes

Dans ma vie précédente, j’étais une tueuse en série de plantes : même les plus robustes ne vivaient guère longtemps chez moi, c’était presque un don. C’était d’autant plus bizarre que ma maman a la main verte, comme on dit, et que j’ai toujours vécu très…
Vivre avec des plantes
Vivre avec des plantes
leschroniquesculturelles.com
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) Charles Draper, de Xavier de Moulins : un homme amoureux ? @xdemoulins @livredepoche

Il traverse invisible cette enfance, sur la pointe des pieds. Indifférent autant que perdu, il subit l’école et son déferlement. Il cherche toujours un abri. C’est un solitaire habité par un vide inouï. Un vide océan qui vous noie. Pour se protéger, il se…
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) Arthur et Paul, la déchirure de René Guitton : une invitation au voyage @robert_laffont

Première rencontre, premier choc. Tous deux se reconnaissent en l’autre et comprennent que leur amour sera leur existence. Le bernard-l’ermite cherche un protecteur. Il se jette en Paul, se loge au plus profond de sa coquille, et la passion s’impose…
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) Une vie en l'air, de Philippe Vasset : écrire pour habiter @EditionsFayard

C’est un long trait de béton, tendu à sept mètres au-dessus de la Beauce, entre les communes de Saran, Cercottes, Chevilly et Ruan. Tout entortillé d’arbres et de pylônes, il déroule ses arches au-dessus des champs, avant de disparaître sous les futaies.…
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) J'ai testé pour vous... un voyage sonore aux bols tibétains

Toujours dans ma période “je cherche la voie de la sagesse et de l’apaisement“, je me suis inscrite l’autre soir à un “voyage sonore aux bols tibétains”. J’avais déjà testé les bols tibétains lors de massages, et je suis fascinée par leur son. Du reste,…
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) La Purge, d'Arthur Nesnidal : l'enfer de l'hypokhâgne ?

Ces professeurs hérissés, écumants, rageurs, la craie au poing, la hargne aux lèvres, le costume en bataille, que voulaient-ils ? Ils voulaient la fin des ignorances. Ils voulaient enseigner à ceux qui résistaient l’amour des belles-lettres et l’art…
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) El Autor, de Manuel Martin Cuenca : l'écrivain et le réel

S’il faut des couilles pour être un écrivain, et bien les voilà, mes couilles ! Netflix le sait bien : les fils d’écrivains, c’est une de mes marottes. C’est pour cela que l’autre soir, l’algorithme m’a aimablement proposé ce film (oui, je considère…
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) Shakespeare ou la lumière des ombres, d'Eugène Green : un génie en clair-obscur @DDBEDITIONS

Ayant parcouru toute une existence, nous savons simplement, de manière sûre et concrète, qu’un homme né à Stratford-upon-Avon a fait carrière à Londres comme acteur et auteur dramatique, qu’il a écrit aussi de la poésie narrative et lyrique, et qu’il…
Add a comment...

Post has attachment
(Cultur'elle) Les Anges nous jugeront, d'Emmanuel Moses : le songe d'une nuit d'automne @EdduRocher1

Pendant tout le temps de cet échange, l’homme était demeuré contre le battant de la porte. Il n’en perdait pas un mot. Une impression de se trouver à la lisière d’un rêve s’était emparée de lui. Comme lorsqu’on se tient sur le rivage, au bord de l’eau qui…
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded