Profile cover photo
Profile photo
ABC COURS A DOMICILE CAGNES SUR MER
22 followers
22 followers
About
Posts

Post has attachment
Solution Online : un nouvel outil pour des révisions scolaires efficaces !

Ludique, simple d’utilisation, pour tous les niveaux, Solution Online, plateforme de soutien scolaire propose 100 exercices interactifs, 20 000 fiches de cours, 4 000 cours vidéo et 2 500 sujets corrigés vous sont proposés.

Au bord de la plage, ou même chez soi, profitez des nombreux avantages Solution Online :

1 seul abonnement pour toute la famille
Disponible sur tablettes et smartphones
Programmes complets du CP à la Terminale
Outils pédagogiques efficaces


Cette nouvelle forme de révisions permet à votre enfant à vous-même de s’amuser autour de questionnaires, quizz, vidéos, quand vous voulez et où vous voulez !

Offre promotionnelle : bénéficiez de cours et exercices en ligne pendant un an pour toutes les matières et niveau pour seulement 60€ l’abonnement annuel. Contactez-nous au 09 72 68 01 00 pour toute inscription à Solution Online.
Add a comment...

Post has attachment
Le système éducatif français inquiète une large majorité des parents
Nous connaissions les Français pessimistes sur leur avenir, ils le sont également en ce qui concerne celui de leurs enfants. C'est ce qui ressort d'une enquête réalisée par la Varkey Foundation, qui a interrogé 27.380 parents de 29 pays différents entre le 8 décembre 2017 et le 15 janvier 2018. Parmi les pays étudiés, on y retrouve la France, les États-Unis, la Chine ou encore le Kenya.

Certes, les Français interrogés sont 78% à trouver assez bon ou très bon la qualité de l'enseignement dans l'école actuelle de leurs enfants. Soit le même niveau que la moyenne observée dans l'ensemble des pays couverts par l'étude (78%) mais loin des pays où les parents sont le plus satisfaits (91% aux Etats-Unis et 87% au Royaume-Uni notamment). La perception des parents français sur le niveau général de l'éducation dans les écoles publiques dans l'Hexagone est en revanche très mitigée. 30% d'entre eux le trouvent assez pauvre ou très pauvre. Et 39% jugent qu'il est bon ou très bon. Pire, seulement, 8% des parents pensent que la qualité de l'enseignement s'est améliorée au cours des dix dernières années, quand 17% estiment qu'elle n'a pas évolué et 70% qui estiment qu'elle s'est dégradée. Sur cet item, les parents français sont parmi les plus sévères de l'étude. En Allemagne par exemple, la proportion de parents jugeant que le niveau d'éducation est resté stable ou a progressé atteint 43% (contre 25% en France donc). En Italie, c'est 48%, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis 55%.

Payer davantage les professeurs

Parmi les critères privilégiés par les parents français pour le choix de l'école de leurs enfants : la qualité des professeurs (52%), la distance entre l'école et la maison familiale (55%) et notamment un environnement scolaire joyeux pour leurs enfants (34%). A noter que, s'il y avait davantage d'argent consacré à l'école de leurs petits, 65% des parents français souhaiteraient le voir investi pour avoir plus de professeurs ou que ces derniers soient mieux payés. Les parents français sont par ailleurs ceux qui déclarent le moins aider leurs enfants. En France, 26% des parents consacrent plus de 4h par semaine aux devoirs de leurs enfants. Soit un peu mieux qu'au Royaume-Uni (25%) mais en-deçà de ce qui se passe en Allemagne (31%), en Espagne (42%), aux Etats-Unis (42%) ou en Italie (43%). L'implication des parents est la plus forte dans les pays asiatiques : 81% des parents indiens, 70% des parents vietnamiens et 55% des parents chinois passent plus de 4 heures par semaine à s'occuper des devoirs de leurs enfants.

Des parents pessimistes sur l’avenir de leurs enfants

"Dans quelle mesure pensez-vous que l'école de votre enfant prépare son avenir dans le monde de 2030 et au-delà ?" À cette question du sondage de la Varkey foundation, les parents sont plutôt partagés. Ils sont 44% à penser que ce n'est pas vraiment le cas, quand 47% estiment que l'école les préparent bien. En moyenne, sur l'ensemble des pays de l'enquête, 64% des parents jugent que l'école prépare bien leurs enfants et 30% que ce n'est pas le cas.

Enfin, les Français, tout pris en considération, sont les plus pessimistes du monde en ce qui concerne l'avenir de leurs enfants. Ils sont 23% à se dire pessimistes (contre 31% à se dire optimistes), devant les parents sud-africains et turcs (22% de parents pessimistes) ainsi que les parents malaisiens (21%). Les plus optimistes sont les parents péruviens (83% d'optimistes), devant ceux du Kenya (81%), d'Indonésie (79%) et de Colombie (77%).
Add a comment...

Post has attachment
Les 5 étapes clés du commentaire composé
Un commentaire composé doit être préparé de façon rigoureuse. Voici les 5 étapes à suivre :

La lecture
Se poser les bonnes questions
Dégager les grandes thématiques
Constitution du plan détaillé
La rédaction
Les caractéristiques du texte à étudier

· Particularités visuelles
du texte

· Personnes et personnages

· Point de vue

· Type de discours

· Espace

· Temps

· Syntaxe

· Insistances du texte

· Figures de style

Les catégories ci-dessus ne sont pas toutes pertinentes pour chaque texte. Seule l’étude systématique permet de définir celles qui le sont.

Constituer le plan détaillé

A partir de ces analyses, définissez les idées directrices des grandes parties (entre deux et quatre, qui doivent être équilibrées). Classez toutes vos remarques de détail en indiquant pour chacune d’elle dans quelle grande partie elle peut s’intégrer. Pour chaque grande partie, organisez vos remarques entre elles pour construire les sous-parties. Vous obtenez ainsi un plan détaillé qu’il ne te reste plus qu’à développer en rédigeant.

La rédaction du devoir

Introduction:

· Approche générale du texte (à travers un thème, l’auteur, le mouvement littéraire, etc.).

· Présentation du texte (titre, auteur, date, idée générale).

· Annonce du plan, c’est-à-dire énoncé des idées directrices des grandes parties.

Développement:

· Le plan détaillé est mis en évidence par l’énoncé clair des idées directrices au début de chaque grande partie, la construction des paragraphes et l’usage des connecteurs logiques.

· Les grandes parties sont séparées par des transitions.

· Il faut éliminer absolument : la paraphrase pure ; l’explication du sens non accompagnée d’analyse stylistique ; les remarques formelles « gratuites », c’est-à-dire une observation sans interprétation du sens.

· Les citations sont extrêmement fréquentes pour illustrer votre propos.

Conclusion:

· Rappel des idées directrices, soulignant ce qui fait l’intérêt du texte.

· Élargissement si possible.
Add a comment...

Post has attachment
Solution Online : un nouvel outil pour des révisions scolaires efficaces !

Ludique, simple d’utilisation, pour tous les niveaux, Solution Online, plateforme de soutien scolaire propose 100 exercices interactifs, 20 000 fiches de cours, 4 000 cours vidéo et 2 500 sujets corrigés vous sont proposés.

Au bord de la plage, ou même chez soi, profitez des nombreux avantages Solution Online :

1 seul abonnement pour toute la famille
Disponible sur tablettes et smartphones
Programmes complets du CP à la Terminale
Outils pédagogiques efficaces


Cette nouvelle forme de révisions permet à votre enfant à vous-même de s’amuser autour de questionnaires, quizz, vidéos, quand vous voulez et où vous voulez !

Offre promotionnelle : bénéficiez de cours et exercices en ligne pendant un an pour toutes les matières et niveau pour seulement 60€ l’abonnement annuel. Contactez-nous au 09 72 68 01 00 pour toute inscription à Solution Online.
Add a comment...

Post has attachment
Parcoursup : les premières galères des candidats pour faire leurs vœux

Un mot de passe trop complexe, des informations fausses, une sectorisation des formations… Les futurs étudiants essuient les plâtres de la nouvelle plateforme d'orientation post-bac.

Mot de passe trop compliqué, formations inaccessibles, erreurs dans la saisie automatique de certaines informations… Depuis lundi dernier, futurs bacheliers et étudiants en réorientation peuvent émettre des voeux pour l'année 2018-2019 sur la plateforme Parcoursup qui a succédé au controversé Admission Post-Bac. Et ces inscriptions relèvent du parcours du combattant pour certains qui doivent affronter des difficultés aussi bien techniques que des incompréhensions face aux nouvelles règles. Europe 1 dresse un premier bilan.

Des difficultés techniques

Un mot de passe trop complexe. La première étape à passer pour pouvoir formuler ses vœux, est de se connecter à la plateforme. Pour cela, le candidat doit s'identifier et créer un mot de passe. C'est à ce moment-là que la première difficulté apparaît. Les conditions sont strictes "12 caractères, 2 majuscules, 2 minuscules, 2 chiffres, 2 caractères spéciaux". Des critères que les candidats n'ont pas manqué que tourner en ridicule.



Certaines informations saisies automatiquement sont fausses. Sur les réseaux sociaux, plusieurs candidats ont également rapporté des erreurs dans les informations les concernant. Par exemple, Juliette rapporte que seul son "20 de moyenne en Histoire" a été saisi. Quant à Sltcmila, elle raconte que son profil n'existe tout simplement pas sur la plateforme.

Certaines formations n'apparaissent pas sur la plateforme. C'est le cas par exemple de la licence internationale Etudes interculturelles franco-allemande, avec la Freie Universität de Berlin, proposée par l'Université Paris 3 qui n'est pas présentée comme une double licence sur Parcoursup. "Les étudiants ne savent pas qu'ils vont avoir deux diplômes en s'inscrivant dans cette formation", explique Valérie Robert, maître de conférence à Paris 3 et qui doit renseigner ses étudiants en réorientation.

Quant aux formations accessibles après une sélection - telles que les Instituts d'études politiques (IEP), Sciences Po Paris, l'université Paris-Dauphine, les écoles d'ingénieur - les candidats ne peuvent s'y inscrire à travers la plateforme Parcoursup - ils doivent contacter directement les écoles qui les intéressent. En revanche, elles peuvent faire l'objet d'une fiche de renseignements sur le site, ce qui peut être source de confusion pour les candidats.

Un numéro de téléphone impossible à saisir. Lors de sa séance de questions-réponses avec des étudiants et lycéens sur le sujet, Isabelle Colas, coach scolaire pour monorientationscolaire.com, a été interrogée plusieurs fois sur un bug avec la saisie des numéros de téléphone. Dans ce cas, elle a conseillé de contacter le numéro 0800.400.070.

Des difficultés avec les nouvelles règles
Une sélection géographique dans le système de vœux ? Contrairement à ce qui est mentionné sur le site du ministère de l'Éducation nationale, dans les faits, les futurs étudiants ne peuvent pas formuler des vœux pour les formations proposées dans toute la France. Nombreux sont ceux qui souhaitent changer d'académie et qui voient leur demande recevoir la mention, en rouge, "vous êtes hors secteur". Le candidat est alors invité à candidater dans l'académie de son domicile.


Une réorientation compliquée. Les redoublants doivent se réinscrire directement auprès de leur établissement. En revanche, pour les étudiants qui choisissent de changer de filière après une première année dans le supérieur, la réinscription se fait, dans ce cas, sur Parcoursup. Et la procédure est loin d'être simple.

Tout d'abord, ils doivent récupérer un "certificat de réorientation" auprès du CIO ou du centre de réorientation de l'établissement dans lequel ils sont actuellement inscrits. Ce document dit "optionnel" sur le site de Parcoursup est pourtant obligatoire lorsqu'on veut valider un vœu, explique Amandine, 19 ans, interrogée par Europe1.fr. "Mais vous imaginez bien qu'à cette période de l'année, ça se bouscule un peu pour prendre un rendez-vous".

La jeune étudiante déplore également que les notes de sa première année comptent pour son dossier. "Difficile d'avoir un dossier suffisamment bon pour se faire remarquer au milieu des milliers de néo-bacheliers lorsqu'on est déjà étudiant" et que l'on a choisi une formation par défaut avant de pouvoir en changer l'année suivante. Elle ajoute également que les lycéens bénéficient des appréciations et de l'appui de leurs professeurs pour faire avancer leur dossier tandis que les étudiants n'ont que leurs bulletins d'année post-bac à faire valoir.

"Si la filière demandé n'est pas en tension, il n'y a aucune raison pour qu'un étudiant en réorientation se retrouve sans formation."

Autre difficulté à affronter, les étudiants en réorientation servent à combler les places vacantes et ne sont pas prioritaires sur les formations qu'ils demandent. Amandine pourrait donc de nouveau perdre un an si elle n'obtient pas le BTS audiovisuel qu'elle avait déjà demandé l'année précédente et qu'elle doit choisir une formation par défaut qui a encore de la place.

C'est là la grande évolution du système Parcoursup, conçu pour être "plus humain". Les lettres de motivation permettent d'expliquer sa situation et peut-être de justifier des notes qui ne sont pas à la hauteur, explique-t-on au ministère de l'Enseignement supérieur.

Par ailleurs, il n'y a pas de hiérarchie entre les vœux des futurs bacheliers et des étudiants, les seconds ne sont pas défavorisés par rapport aux premiers. "Il faut en finir avec ce mythe", martèle-t-on au ministère. "Si la filière demandé n'est pas en tension, il n'y a aucune raison pour qu'un étudiant en réorientation se retrouve sans formation."

Une affectation (presque) assurée. En cas de non-affectation au-delà du 26 juin (début de la phase complémentaire qui s'achèvera le 21 septembre) une commission va se réunir pour étudier les dossiers des candidats et leur proposer une formation au plus proche de leurs vœux d'origine. C'est pourquoi Valérie Wasson, co-fondatrice d'Eurêka Study conseille vivement aux candidats de remplir avec attention la section "préférences" de Parcoursup afin que la commission puisse bien comprendre le projet professionnel.

Malgré ce système, "il manque encore 50.000 places", selon Valérie Robert, maître de conférences à Paris 3. Comme l'année précédente, certains candidats vont donc sans doute se retrouver sans formation à l'issue de cette procédure de dernier recours.
Add a comment...

Post has attachment
Enseignement des mathématiques : la méthode Singapour en action

Basée sur la manipulation d'objets, cette méthode est préconisée dans le rapport Villani remis lundi au ministère.

Il suffit de descendre dans la rue demander aux passants ce qu'ils ont retiré de leurs cours de mathématiques, il y a plus ou moins longtemps, pour mesurer l'étendue du problème. "Je garde des souvenirs où je faisais des devoirs maison de géométrie, je mettais peut-être six heures à les faire. Ma mère m'aidait, je terminais en pleurs et la plupart du temps, j'avais 5", explique l'un d'eux. "Il fallait aller très très vite, et si on comprenait pas, tant pis pour nous. On revenait pas en arrière." "C'était horrible. On regardait la prof les yeux écarquillés en se demandant où on allait", se rappelle un autre.

Selon l'étude TIMSS, qui examine le niveau de mathématiques des élèves en fin de CM1, les petits Français sont les derniers européens du classement. Partant de ce constat, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, est convaincu de la nécessité de changer l'enseignement de la matière du tout au tout. Remis lundi matin au ministre, ce document préconise l'emploi des méthodes Singapour et SLECC ("savoir lire écrire compter calculer"). Toutes deux sont basées sur la manipulation d'objets pour apprendre à compter.

Quatre opérations dès le CP. Dans sa classe de CP d'une école en région parisienne, Madame Bertin n'ignore rien de ces méthodes, qu'elle emploie tous les jours avec ses élèves de 5 et 6 ans. L'enseignante leur apprend les quatre opérations dès cet âge-là. Les jeunes enfants comprennent donc les bases de l'addition, de la soustraction, de la multiplication et de la division.
Pour ça, le secret, c'est la manipulation. Madame Bertin passe par des cubes, des bouliers et de petits bâtons en bois de couleur, qu'elle appelle des "bûchettes". Si "maman a trois pièces de deux euros dans son porte-monnaie", les élèves de 6 ans alignent donc six bâtons verts qu'ils savent regrouper par 2. Puis, Odary, 6 ans, écrit la multiplication avec application : "Deux multiplié trois fois est égal à six..."

Manipulation. Madame Bertin explique : "L'enfant sait multiplier en CP avec de petites quantités. Si on sait additionner, on sait multiplier. Il suffit de regarder : deux + deux + deux, je vois trois fois la quantité deux. Ils sont capables aussi de partager dès que c'est possible. Je les mets en situation de pouvoir utiliser les 4 opérations : manipuler, décortiquer le calcul à l'oral, puis poser l'opération.

Et du côté des élèves, on apprécie beaucoup. Dans cette classe, tout le monde participe et pas un enfant ne regarde en l'air ou par la fenêtre. "On fait des calculs intéressants, c'est facile et rigolo", s'amuse l'un d'eux.
Add a comment...

Post has attachment
Philo, histoire, maths… On connaît les dates des épreuves du bac 2018

Le ministère de l'Éducation nationale a publié ce jeudi 1er février le calendrier des épreuves du baccalauréat général qui se dérouleront du lundi 18 au lundi 25 juin selon les filières.

FILIÈRE L

Philosophie, lundi 18 juin de 8h à 12h.
Histoire-géographie, mardi 19 de 8h à 12h.
Langue vivante 1, mercredi 20 de 14h à 17h.
Littérature, jeudi 21 de 8h à 10h.
Mathématiques, vendredi 22 de 8h à 11h.
Langue vivante 2, vendredi 22 de 14h à 17h.
Arts, lundi 25 de 14h à 17h30.
Grec-Latin, lundi 25 de 14h à 17h.

FILIÈRE ES

Philosophie, lundi 18 juin de 8h à 12h.
Histoire-géographie, mardi 19 de 8h à 12h.
Langue vivante 1, mercredi 20 de 14h à 17h.
Sciences économiques et sociales, jeudi 21 de 8h à 12/13h selon la spécialité.
Mathématiques, vendredi 22 de 8h à 11h.
Langue vivante 2, vendredi 22 de 14h à 16h.

FILIÈRE S

Philosophie, lundi 18 juin de 8h à 12h.
Histoire-géographie, mardi 19 de 8h à 11h.
Langue vivante 1, mercredi 20 de 14h à 17h.
Physique-chimie, jeudi 21 de 8h à 11h30.
Mathématiques, vendredi 22 de 8h à 12h.
Langue vivante 2, vendredi 22 de 14h à 16h.
SVT, écologie, agronomie et territoire, lundi 25 de 14h à 17h30.
Sciences de l'ingénieur, lundi 25 de 14h à 18h.

Les résultats pour les trois séries du baccalauréat seront communiqués le vendredi 6 juillet.


Pour les élèves de première, les épreuves écrites anticipées auront lieu le lundi 18 juin de 14 heures à 18 heures pour le français (ES, S) et français et littérature (L), et le mercredi 20 juin de 8 heures à 9 h 30 pour les sciences (L, ES).
Add a comment...

Post has attachment
Comment la réforme du bac va transformer le lycée
D'avantage d’oral, un tronc commun pour l’ensemble des filières, des matières à la carte… La réforme du baccalauréat, prévue pour entrer en application en 2021, se dessine. Plusieurs de ses propositions, qui devront encore être validées par l’Elysée et le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, ont déjà fuité dans la presse. Vers quoi se dirige-t-on ? ABC/SOLUTION COURS vous résume les principaux points.

Un "grand oral" de fin d’année
Pour l’heure, le baccalauréat laisse la part belle à l’écrit, l’oral étant réservé aux épreuves de rattrapage, à certaines options et à l’une des deux épreuves de Français, en première. À l’avenir, l’oral devrait compter pour 15% de la note finale. Cet oral pourrait, selon plusieurs sources, porter sur plusieurs matières interdisciplinaires, par exemple une majeure et une mineure. En clair, il s’agirait de plancher sur une question, un texte ou des documents croisant plusieurs matières, mais en rapport avec un thème étudié toute l’année. Cela présuppose, donc, que les équipes pédagogiques élaborent des thématiques communes à plusieurs matières.

Une dimension primordiale selon Martine Breyton, proviseure du lycée parisien Henri-IV, dans la mesure où, si la réussite aux concours reste l’objectif principal des CPGE, « les élèves que nous accueillons en première année ont des projets d’orientation un peu moins marqués que par le passé ». Pour ces élèves, l’orientation dans une prépa est aussi, parfois, une manière de repousser l’heure du choix, « il faut donc leur donner les qualités transversales pour pouvoir être à l’aise partout », rappelle-t-elle.

Compétences comportementales et esprit d’équipe

Avec la hausse régulière du nombre d’élèves inscrits en CPGE (plus de 86 000 à la rentrée 2017, contre 78 000 dix ans plus tôt) et la diversification de leur profil, mais aussi face à la demande croissante des écoles en soft skills, ces compétences comportementales qu’apprécient les entreprises, la mission des prépas est désormais aussi d’aider les élèves à développer leur personnalité, leur esprit du collectif.

SENS DU COLLECTIF, PERSÉVÉRANCE, ADAPTABILITÉ, ORGANISATION, GOÛT DU CHALLENGE, CRÉATIVITÉ ET PATIENCE

Et les étudiants en sont plutôt statisfaits. Une récente enquête de l’Edhec NewGenTalent Centre, qui se définit comme un « centre d’expertise sur les nouvelles générations », va en tout cas dans ce sens : « Les milliers d’élèves de prépa que nous avons interrogés placent le “sens du collectif” parmi les dix principales qualités qu’ils estiment avoir acquises en CPGE. Bien loin de l’image d’individualisme qu’on pouvait avoir il y a vingt ans », note Manuelle Malot, la directrice du centre. Les autres qualités les plus citées sont la capacité de travail, la persévérance, l’adaptabilité, l’organisation, le goût du challenge, la créativité et la patience.

Problématisation et capacité d’adaptation

« Les élèves passés par une prépa avant d’arriver chez nous sont en général assez bons et structurés, notamment sur leur capacité à rédiger et à lire vite, à synthétiser et à appréhender des problèmes complexes », affirme Dominique Royoux, vice-président à l’insertion et à l’orientation de l’université de Poitiers. Ici, comme dans bien d’autres universités, une convention a été signée pour organiser les passerelles entre CPGE et universités. Environ 50 % des étudiants de prépa littéraire intègrent en effet l’université après deux années de CPGE, selon une étude réalisée en 2013, contre 13 % d’élèves de la filière économique, et 7 % de la filière scientifique. Ces étudiants, l’université les accueille les bras grands ouverts parce qu’« ils savent s’adapter, élaborer des questionnements nouveaux et apprendre », explique le professeur de géographie.

« CE N’EST QU’AVEC LE RECUL QU’ON S’APERÇOIT QU’ON NOUS A APPRIS… À APPRENDRE »

Et pourtant, sur le moment, en prépa, « on se demande parfois pourquoi on apprend telle ou telle chose. Tout est tellement abstrait. Ce n’est qu’après, avec le recul, qu’on s’aperçoit qu’on nous a appris… à apprendre, donc à nous adapter », témoigne Tom Defossez, 23 ans, ancien élève de maths sup et maths spé à Caen. Aujourd’hui ingénieur, il utilise tous les jours, dans la vie professionnelle comme dans la vie personnelle, la méthodologie de résolution des problèmes acquise en prépa : « Qu’est ce que je veux obtenir ? Qu’est ce que j’ai pour y arriver ? Comment je m’y prends ? ». La CPGE lui a aussi appris à « repousser ses limites intellectuelles » : « pour moi, la prépa, c’est une sorte de “life-hack”. Quand on l’a faite, tout le reste semble beaucoup plus facile », conclut-il.

AISANCE ORALE

Parmi les autres compétences qu’on acquiert en classe préparatoire, la capacité à parler devant un auditoire. Les fameuses « khôlles », qui permettent de s’exercer aux oraux des concours, sont aussi formatrices qu’anxiogènes pour les élèves. « Chaque semaine, on a deux heures où l’on est deux ou trois face à un prof », commente Elodie, 19 ans, élève en seconde année de prépa PTSI (physique, technologie et sciences de l’ingénieur) en Haute-Savoie :

« C’est extrêmement stressant : on doit être efficace, rigoureux, trouver un raisonnement très vite et l’expliquer, sans être approximatif. »
Cet apprentissage d’une aisance à l’oral « et de la gestion de leur stress fait clairement la différence ensuite entre un élève passé par une CPGE et un autre », confirme Guy Soudjian, le proviseur du lycée Descartes de Tours où, au total, « 14 000 heures par an » sont spécifiquement dotées par l’Etat pour les interrogations orales des 800 élèves de prépas. De nombreuses CPGE organisent en plus des ateliers de renforcement à l’oral, des entretiens formalisés avec d’anciens élèves ou des chefs d’entreprise, voire des ateliers « théâtre » permettant d’approfondir cette compétence-là.
Add a comment...

Post has attachment
Les élèves de troisième passeront bien en juin 2018 un nouveau brevet. Cinq épreuves au lieu de trois précédemment et un poids plus important des épreuves terminales constituent les deux changements majeurs.

Le nouveau DNB (diplôme national du brevet) a à peine un an qu'il s'apprête à être de nouveau modifié. Le ministère de l'Éducation nationale prépare actuellement des aménagements de sa forme actuelle. Selon un projet d'arrêté que l'Etudiant s'est procuré et qui devait être présenté mercredi 11 octobre 2017 en commission spécialisée préparatoire au Conseil supérieur de l'Éducation (une instance consultative réunissant des acteurs de l'éducation), l'examen du brevet devrait désormais comporter cinq épreuves, au lieu de trois actuellement.

5 épreuves au lieu de 3

Le DNB version 2017 proposait une épreuve qui portait à la fois sur le français, l'histoire-géographie et l'enseignement moral et civique. Une autre portait à la fois sur les programmes de mathématiques, physique-chimie et sciences de la vie et de la Terre et technologie.
Selon la version que propose le ministère pour 2018, le prochain DNB comporterait une partie interrogeant exclusivement sur le programme de français, une autre exclusivement sur celui d'histoire-géographie et d'enseignement moral et civique (EMC), une troisième exclusivement sur les mathématiques et une quatrième sur la physique-chimie, les sciences de la vie et de la Terre et la technologie.

Dans les faits, le changement n'est pas fondamental : en 2017, l'épreuve de français et d'histoire-géographie était divisée en deux, chacune relative à une discipline. La version 2018 ne ferait donc que séparer plus clairement cette épreuve. Le même procédé serait à l'œuvre pour l'épreuve de mathématiques et celle de physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre et technologie. Le but, selon le ministère, est ainsi de "simplifier l'organisation de l'épreuve".

La troisième épreuve du DNB version 2017 était orale. Le projet du ministère maintient cette épreuve orale pour la version 2018 en l'aménageant légèrement : elle pourrait également porter sur l'enseignement d'histoire des arts.

Un total sur 800 points et non plus 700

Un autre changement principal dans le projet du ministère de l'Éducation nationale : l'évaluation. Le total des points du DNB ne serait plus 700 mais 800. Il faudrait donc obtenir 400 points pour valider le diplôme et non plus 350.
En outre, alors qu'en 2017, les épreuves terminales ne pouvaient rapporter que 300 points sur 700, soit moins de 50 %, en 2018, celles-ci devraient compter pour la moitié des points totaux, soit 400 sur 800. Le barème se constituerait comme suit : les épreuves de français et de mathématiques seraient chacune sur 100 points, celle d'histoire-géographie et d'EMC sur 50 tout comme celle de physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre et technologie. L'épreuve orale vaudrait, elle, 100 points. Il y aurait donc 400 points attribués via le contrôle continu qui évalue les compétences du socle commun. "Rééquilibrer le poids des épreuves terminales" par rapport à celui des compétences du socle est un des objectifs affichés par le ministère.

En ce qui concerne les mentions, les seuils seraient les suivants : 480 points pour "assez bien", 560 pour "bien" et 640 pour "très bien".
Des amendements pourraient modifier ce projet lors du Conseil supérieur de l'Éducation du 19 octobre 2017, même si le ministère de l'Éducation nationale peut ne pas en tenir compte.

Réviser le Brevet avec ABC/SOLUTION COURS

Le Brevet représente le premier examen de la scolarité de votre enfant et cet examen peut effrayer certains élèves. Pour arriver serein le jour des épreuves ABC COURS vous propose un enseignant à domicile qui de par sa pédagogie et son expérience à la préparation du Brevet pourra apporter à votre enfant tous les conseils et astuces de révisions pour atteindre les objectifs fixés (obtention du Brevet, avec mention...). Nos enseignants, professionnels des cours à domicile connaissent parfaitement les attentes du Brevet et pourront ainsi préparer au mieux votre enfant au travers d'exercices types brevet en conditions d'examen.
Add a comment...

Post has attachment
Solution Online : un nouvel outil pour des révisions scolaires efficaces !

Ludique, simple d’utilisation, pour tous les niveaux, Solution Online, plateforme de soutien scolaire propose 100 exercices interactifs, 20 000 fiches de cours, 4 000 cours vidéo et 2 500 sujets corrigés vous sont proposés.


Au bord de la plage, ou même chez soi, profitez des nombreux avantages Solution Online :

1 seul abonnement pour toute la famille
Disponible sur tablettes et smartphones
Programmes complets du CP à la Terminale
Outils pédagogiques efficaces


Cette nouvelle forme de révisions permet à votre enfant à vous-même de s’amuser autour de questionnaires, quizz, vidéos, quand vous voulez et où vous voulez !

Offre promotionnelle : bénéficiez de cours et exercices en ligne pendant un an pour toutes les matières et niveau pour seulement 60€ l’abonnement annuel. Contactez-nous au 09 72 68 01 00 pour toute inscription à Solution Online.
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded