Profile cover photo
Profile photo
monmyelome.be
1 follower -
site d'information et de partage d'expérience entièrement consacré à la maladie de Kahler.
site d'information et de partage d'expérience entièrement consacré à la maladie de Kahler.

1 follower
About
monmyelome.be's posts

Post is pinned.Post has attachment
Qu'est-ce que le myélome ? #myelome   #cancer  

Le myélome multiple des os (aussi connu sous les noms de maladie de Kahler ou, simplement, myélome) est un cancer hématologique (signifiant qu'il se développe à partir des cellules de l'hématopoïèse, celles-là même qui sont à l'origine des cellules du sang, formées dans la moelle osseuse).

Les cellules touchées sont les plasmocytes (qui sont des lymphocytes B activés en différenciation terminale), cellules du système immunitaire produisant les anticorps (immunoglobulines) pour combattre les infections et maladies. Le myélome est une maladie caractérisée par le développement dans le squelette de multiples tumeurs ostéolytiques à plasmocytes (plasmocytomes) sécrétant dans 80 % des cas une immunoglobuline unique (dite monoclonale), soit de type G (deux tiers des cas), soit du type A (un tiers des cas).

Le myélome multiple est souvent détecté de façon fortuite, au cours d'un examen sanguin de routine.

Les symptômes les plus fréquents orientant cette découverte biologique sont :

des douleurs osseuses ou des fractures pathologiques (spontanées ou après une trop faible contrainte)7,8 ;
une asthénie, qui peut être liée à une anémie, une hypercalcémie ou une insuffisance rénale ;
des fourmillements dans les extrémités et des douleurs neuropathiques.

Voir la suite de l'article : 
http://monmyelome.be/monmyelome/articles/?url=/2-articles-en-rapport-avec-le-myelome/2-la-maladie-de-kahler/

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Participez à la Tombola de Printemps 2015
Chaque don pour la tombola est directement investi dans la lutte contre le cancer : la recherche scientifique, actions de prévention et l’aide aux patients. http://www.cancer.be/participez-la-tombola-de-printemps-2015
Photo

Post has attachment
Participer à la construction du wiki principalement axé sur la médecine.
Vous pouvez modifier un article, ajouter une info ou encore ajouter un nouveau mot avec sa définition. Attention de fournir des infos fiable de sources surs !
http://monmyelome.be/monmyelome/wiki/wiki.php

Un module wiki vient d'être mis en place, quelques définitions sont déjà programmées, mais bon il faudra un certain temps pour qu'il soit beaucoup plus complet :
 http://monmyelome.be/monmyelome/wiki/wiki.php

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Caelyx (doxorubicine) #Caelyx  

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La doxorubicine appartient au groupe de médicaments qui combattent le cancer et que l'on appelle antinéoplasiques. Son mécanisme d'action lui permet de s'insérer dans la classe des anthracyclines. La doxorubicine prévient la croissance des cellules cancéreuses en parasitant l'action du matériel génétique (ADN) qui est nécessaire à leur reproduction.

La doxorubicine s'utilise pour traiter de nombreux types de cancer, notamment les cancers du sang (par ex. la leucémie), des os, du sein, des ovaires, des testicules, de la thyroïde, de la tête et du cou, de la vessie, de l'estomac et des tissus mous, la maladie de Hodgkin, un lymphome non hodgkinien, la tumeur de Wilms et les neuroblastomes.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. N'annulez pas les injections de ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée de doxorubicine varie en fonction du trouble qui est traitée, de la réponse à la thérapie, de la prise d'autres médicaments et de masse corporelle. Elle est injectée dans une veine à partir d'un site d'administration qui a été préparé à cet effet sur votre peau.

Il arrive aussi, mais moins souvent, qu'elle soit introduite dans l'organisme par la vessie ou par une artère. Le schéma posologique le plus courant consiste à injecter 1 dose tous les 21 jours. Quelques personnes reçoivent toutes les 4 semaines de plus faibles doses du médicament pendant 3 jours consécutifs.

Il est important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous manquez un rendez-vous fixé pour recevoir une injection de doxorubicine, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour fixer un autre rendez-vous.

Ce médicament doit être manipulé avec les plus grandes précautions. La doxorubicine ne doit être donnée que par des professionnels de la santé expérimentés dans la chimiothérapie anticancéreuse. Il est toujours donné sous la surveillance d'un médecin dans un hôpital, ou dans un établissement semblable, où il est possible d'avoir accès à un équipement stérile pour préparer la solution.

Ce médicament sera conservé à l'abri de la lumière dans un réfrigérateur de l'hôpital ou de la clinique où il est donné.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque millilitre (mL) de dispersion rouge liposomale, stérile, translucide, contient 2 mg de chlorhydrate de doxorubicine encapsulé dans des liposomes pégylés dans de l'eau pour injection au pH de 6,0 ou 7,0. Ingrédients non médicinaux : les liposomes STEALTH sont composés de 3,19 mg par mL de sel sodique de N-(carbamyle-méthoxypolyéthylèneglycol 2000)-1,2-distéaryle-sn-glycéro-3-phosphoéthanolamine (MPEG-DSPE); de 9,58 mg par mL de phosphatidylcholine de soya entièrement hydrogénée (HSPC); et de 3,19 mg par mL de cholestérol. Chaque mL contient aussi 2 mg de sulfate d'ammonium, 1,55 mg d'histidine comme tampon, de l'acide chlorhydrique ou de l'hydroxyde de sodium (ou les deux) pour ajuster le pH et 94 mg de saccharose pour maintenir l'isotonicité. Plus de 90 % du médicament est encapsulé dans les liposomes STEALTH.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

une allergie à la doxorubicine, à l'un des composants du contenant, ou à l'un des ingrédients du médicament;
une allergie à un autre médicament anticancéreux (par ex. l'épirubicine, la daunorubicine, la mitoxantrone, la mitomycine);
des antécédents d'une grave maladie cardiaque;
un faible nombre de cellules sanguines dû à un traitement antérieur par la radiothérapie ou à d'autres médicaments contre le cancer;
une fonction cardiaque réduite;
de graves problèmes du rythme cardiaque;
un infarctus du myocarde récent (crise cardiaque);
une grave insuffisance hépatique;
un traitement antérieur durant lequel la dose cumulative maximale permise d'anthracycline ou d'anthracènedione pour toute la vie (par ex. la daunorubicine, la doxorubicine, l'épirubicine, l'idarubicine ou la mitoxantrone) a été atteinte.
De plus, la doxorubicine ne devrait pas se donner directement dans la vessie si des tumeurs ont pénétré la paroi vésiculaire, en cas d'infections ou d'inflammation de la vessie.

Voir la suite de l'article : 
http://monmyelome.be/monmyelome/articles/?url=/3-les-traitements/5-caelyx-doxorubicine/

Le Velcade (Bortezomib) #velcade  

Protocole de chimiothérapie: Velcade (Bortezomib)

Ce produit est utilisé dans certaines maladies du sang et des os (myélome)

Malaises, étourdissements, sensations vertigineuses : relativement fréquents, ces effets secondaires peuvent apparaître au moment de la perfusion mais aussi quelques jours après. Ils sont à signaler au médecin et nécessitent pendant l’injection, surveillance et précautions (prise de Tension Artérielle, se relever lentement de la position couchée, être bien hydraté)

Diminution des globules blancs : 

dans les semaines suivants le traitement il peut y avoir une baisse des globules blancs (leucocytes) qui vous servent à vous défendre vis-à-vis des infections. Cette baisse est transitoire et n’a en général pas de conséquence ; néanmoins si vous avez de la fièvre, vous devez en avertir votre médecin (confer chapitre: conduite à tenir en cas de fièvre)

Diminution des plaquettes : 

comme les globules blancs, les plaquettes peuvent être touchées par le traitement. Cependant ce risque ne se rencontre pas fréquemment et davantage après plusieurs cycles que lors des premiers traitements; si éventuellement vous constatiez l’apparition de saignements de nez, d’hématomes: consultez votre médecin, qui vous fera pratiquer une prise de sang afin de vous donner si nécessaire des consignes et un traitement complémentaire.

Diminution des globules rouges : 

rarement et d’intensité modérée, elle entraîne une anémie qui peut être responsable de fatigue ou d’essoufflement. Elle peut nécessiter une transfusion sanguine ou un traitement médicamenteux.

Fourmillements et perte de sensibilité : 

engourdissements, brûlures, le plus souvent au niveau des mains et des pieds: le signaler au médecin lors de la prochaine visite.

Constipation : 

elle se définit par la consistance dure de vos selles plus que par la fréquence avec laquelle vous allez à la selle. Signalez-le à votre médecin pour qu’il vous prescrive un traitement laxatif doux. Mangez des aliments riches en fibres(légumes, fruits, pain au son) et buvez au moins 2 litres par jour.

Troubles digestifs :

Les nausées, vomissements et la perte d’appétit sont fréquents lors des premiers cycles et diminuent rapidement; le traitement contre les vomissements est efficace. Signalez-les à votre médecin pour qu’il vous prescrive un traitement contre les nausées.

Chute des cheveux(alopécie) :

fréquente, elle peut être prévenue par le casque hypothermique (refroidissant)


Il est nécessaire de rester bien hydraté.

#Thalidomide  
L’utilisation de la thalidomide dans le traitement du myélome.

L’utilisation de la thalidomide dans le traitement du myélome* est relativement récente mais à l’étude depuis de nombreuses années.

Son mode d’action dans le traitement de différentes maladies et la gestion de ses effets secondaires est aujourd’hui bien évalué.

On connaît notamment la contre-indication absolue d’un traitement à la thalidomide pour les femmes enceintes.

L’objectif de cette brochure est de fournir des informations essentielles sur le traitement à la thalidomide : n Qu’est-ce que la thalidomide et quel est son mode d’action dans le traitement du myélome

Comment utiliser la thalidomide en toute sécurité

Quels sont les effets secondaires potentiels à un traitement à la thalidomide

Comment les médecins peuvent-ils minimiser les effets secondaires

La thalidomide peut-elle être utilisée en combinaison avec d’autres traitements.

Qu’est-ce que la thalidomide ?

La thalidomide est un médicament initialement introduit en Europe à la fin des années 1950 dans le traitement des nausées. Elle a ensuite été retirée du marché suite à un rapport d’anomalies congénitales potentiellement mortelles associées à la prise du médicament.

Aujourd’hui, les médecins comprennent mieux le médicament et son mode d’action.

La thalidomide est classée « agent immunomodulateur », c’est à dire, modifiant les taux de certaines molécules chimiques qui contrôlent l’activité des cellules dans l’organisme. 
On sait que la thalidomide peut avoir de nombreux autres effets bénéfiques, comme ralentir ou arrêter la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins (angiogenèse).

Il existe aujourd’hui un programme appelé le Système d’éducation et de prescription sûr de la thalidomide (S.T.E.P.S.®, System for Thalidomide Education and Prescribing Safety) destiné à assurer que le médicament est pris en toute sécurité.

La thalidomide est-elle similaire à la chimiothérapie ?

La chimiothérapie vise à tuer les cellules en division : les cellules cancéreuses mais également certaines cellules « normales » de l’organisme. 
La chimiothérapie affectant certaines cellules saines, on constate fréquemment des effets secondaires tels que la perte de cheveux, des nausées, des vomissements et des troubles gastriques. 
Le traitement à la thalidomide n’est pas considéré comme une forme de chimiothérapie mais plutôt comme une nouvelle forme de traitement car il affecte les taux de certaines protéines intervenant dans le contrôle de l’activité des cellules.

Voir la suite de l'article :
 http://monmyelome.be/monmyelome/articles/?url=/3-les-traitements/25-l-utilisation-de-la-thalidomide-dans-le-traitement-du-myelome/
Wait while more posts are being loaded